nouvelles éditions
attendu
liste thématique
  actualité
  archéologie
  art: 15e-20e siècle
  art contemporain
  architecture et design
  histoire et patrimoine
  ethnographie
  musique et théâtre
  photographie et film
  sciences
  culinaire et bien-être
liste alphabétique
annuaires
promotions

LE TEMPS DES COLLECTIONS
page précédente Objet 32 de 58 page prochaine
LE TEMPS DES COLLECTIONS
Agrandir l'imageAgrandir l'image
Objets relatés
LE TEMPS DES COLLECTIONS

TOME 4

Musée de Rouen


Depuis sa création en 2012, «Le Temps des Collections» aura permis d’organiser une trentaine d’expositions-dossiers dans les musées de Rouen et de présenter plus de cinq cents œuvres, dont une majorité issue de leurs réserves. Dans les musées de Normandie partenaires, une quinzaine de projets hors-les- murs auront fait voyager une cinquantaine d’œuvres, avec comme point d’orgue la présentation d’une toile de Nicolas Poussin dans sa ville natale, Les Andelys. Les créateurs d’aujourd’hui, une dizaine en tout, auront promené leur regard dans les collections, dialoguant avec les maîtres, introduisant le contemporain au cœur du passé. Tel est, au moment où les musées de la Ville de Rouen s’apprêtent à passer sous la tutelle de la Métropole, le bilan de ces quatre années. Ceux qui en 2012 ont pu découvrir dans le sublime décor conçu par Christian Lacroix les paysages normands de Delacroix s’en souviennent peut-être lorsqu’ils retrouvent sur nos murs sa Vue de l’abbaye de Valmont. En traversant les salles dédiées à la famille Duchamp, on s’étonne, encore aujourd’hui, de l’environnement graphique créé par Olivia Puttman en 2013. Il ne fallait pas manquer le rapproche- ment d’Ingres, Géricault et Delacroix, brillamment réunis en 2014 par Laure Adler sur le thème du désir, avant que ces trois artistes ne reprennent leur place dans le parcours général du musée des Beaux-Arts, répartis dans trois salles différentes. Ainsi, année après année, s’enrichit le rapport entre les visiteurs et les collections de Rouen, ce vrai trésor patrimonial qui livre peu à peu ses secrets. Que nous ont appris ces expériences? Un peu plus sur certaines œuvres que nous connaissions déjà bien; beaucoup pour d’autres sur lesquelles nous ignorions à peu près tout. Qui pouvait dire, avant « Le Temps des Collections III », qu’il connaissait l’étrange Adrien Saquespée (1629-1692)? Nous avons chaussé d’autres yeux que les nôtres pour découvrir autrement les collections. Nous nous sommes parfois laissé bousculer par des approches non conventionnelles, irrévérencieuses. Nous avons pu mesurer, si nous en doutions, que nos savoirs sont relatifs, qu’ils doivent toujours être réexaminés, qu’un musée est un organisme vivant et que rien, jamais, ne doit y être figé pour l’éternité. Pour cette nouvelle édition, nous vous proposons de multiples voyages dans le temps, dans l’espace et dans les techniques, qu’il s’agisse de l’extraordinaire histoire de l’Hercule de Puget, marbre monumental du XVIIe siècle retrouvé sous le soc d’une charrue, des messages cachés dans la peinture du Salon de Mme Geoffrin, réalisée par Lemonnier en 1812, d’une suite unique au monde de carreaux de faïence au décor de musiciens, de la splendeur passée de la fontaine Sainte-Marie de Rouen et du lustre retrouvé de ses réverbères, des corps fragmentés par l’art du dessin ancien et moderne, de l’étrange mariage de la ferronnerie et de l’impressionnisme arrangé par un certain Dr Barnes, de la vie de Jeanne d’Arc racontée par les peintres, de la rencontre de deux géants Le Greco et Modigliani... ou encore du goût citron que les sculptures du musée prennent lorsqu’elles sont préparées par Simon Nicaise. Ce musée ouvert aux regards, ce musée où nul n’est illégitime, où l’érudition dialogue avec le prosaïque, où la création relaie la recherche, ce musée qui partage au-delà de ses murs, c’est le nôtre. Aujourd’hui plus que jamais, le musée doit être le lieu de l’ouverture à l’autre, de l’ouverture au monde, le lieu du questionnement et du débat, de l’échange et du vivre ensemble, où chacun renoue avec le bien commun, c’est-à-dire les collections. Qui mieux qu’Agnès Jaoui, marraine de cette quatrième édition pouvait incarner cette idée d’un musée de notre temps? Nul n’a oublié, à Rouen, le tournage en 1999 du Goût des autres, et l’on se plaît toujours à reconnaître au fil de l’intrigue le réservoir de la fontaine Sainte-Marie, le Théâtre des Deux-Rives, ou encore les jardins de l’hôtel de ville. Mais c’est ici l’argument du film qui retient particulièrement l’attention: que nous raconte en effet le Goût des autres? Comment les préjugés du goût conditionnent notre perception des autres, comment les limites de «l’entre-soi» tiennent à l’écart du monde, et comment les esprits les plus fins peuvent trébu- cher sur ces réalités. Le Goût des autres, premier long-métrage d’Agnès Jaoui, n’a rien perdu de son actualité. Gageons que cette invitation, en forme de retour aux sources, soit l’occasion de prolonger dans les musées de Rouen l’esprit du film, et le plaisir que des millions de spectateurs ont eu à le découvrir.

ISBN: 978-94-6161-257-1
Date de publication: nov 2015
Pages: 160
Illustrations: 140

Taille:19 x 26 cm


Frais d’envoi : Belgique : gratuit, Europe : 10 €, autres pays : demander devis info@snoeckpublishers.be Transport costs : Belgium : no cost, Europe : 10 €, other countries : ask info@snoeckpublishers.be
SOFTCOVER
€19,50
Sint Kwintensberg 83 - B-9000 Gent  -  +32 (0)9 430 55 07  -